[Culture] Le Studio Ghibli ou comment je suis tombée amoureuse de l’animation japonaise

studio_ghibli_logo
Aujourd’hui, un article qui me tient à cœur sur le studio d’animation le plus connu du Japon: le studio Ghibli. Comme la plupart des enfants occidentaux, j’ai grandi avec les Disney, leurs histoires de princesses en détresse et de courageux princes, et leurs méchants toujours super vilains (bon, je caricature peut-être un chouïa lol).Ne vous méprenez pas,  j’aime beaucoup les films de Disney, même si le côté moraliste et la vision quelque peu manichéenne des gentils et des méchants manque parfois de réalisme, mais la découverte des films d’animation japonaise a été une révélation. Je vais parler ici uniquement des longs métrages d’animation, même si le studio a également produit des courts-métrages, participé à des jeux vidéos et même réalisé une série.

Il est impossible d’écrire un article sur Ghibli sans parler des deux réalisateurs et fondateurs du studio qui ont produit la majorité des œuvres qui vont être présentées. Hayao Miyazaki et Isao Takahata.

miyazaki_takahata

Hayao Miyazaki est sans aucun doute le plus connu internationalement. Passionné d’aviation, c’est un thème que l’on retrouve dans la plupart des films qu’il a réalisés. Ses oeuvres sont plus tournées vers l’onirisme, la féérie ou le fantastique et il s’inspire souvent de contes et de légendes pour donner forme à son imaginaire. Quant à Isao Takahata, c’est le réalisateur du »réel », ses histoires prennent racine dans le quotidien et décrivent avec poésie la vie des héros. Je généralise mais on ne peut pas réduire les deux réalisateurs à ces genres: le dernier film d’animation de Miyazaki « Le vent se lève » est librement inspiré de la vie de Jirou Horikoshi, l’inventeur des « Chasseurs Zéro » et Takahata a réalisé « Le Conte de la Princesse Kaguya », tiré de la légende populaire « Kaguya-Hime ».

 Filmographie (Source: Wikipédia):

  • 1986 : Le Château dans le ciel (天空の城ラピュタ, Tenkū no shiro Rapyuta)
  • 1988 : Mon voisin Totoro (となりのトトロ, Tonari no Totoro)
  • 1988 : Le Tombeau des lucioles (火垂るの墓, Hotaru no haka)
  • 1989 : Kiki la petite sorcière (魔女の宅急便, Majo no takkyūbin)
  • 1991 : Souvenirs goutte à goutte (おもひでぽろぽろ, Omohide poro poro)
  • 1992 : Porco Rosso (紅の豚, Kurenai no buta)
  • 1993 : Je peux entendre l’océan (海がきこえる, Umi ga kikoeru), téléfilm
  • 1994 : Pompoko (平成狸合戦ぽんぽこ, Heisei tanuki gassen Ponpoko)
  • 1995 : Si tu tends l’oreille (耳をすませば, Mimi wo sumaseba)
  • 1997 : Princesse Mononoké (もののけ姫, Mononoke hime)
  • 1999 : Mes voisins les Yamada (ホーホケキョ となりの山田くん, Hōhokekyo tonari no Yamada-kun)
  • 2001 : Le Voyage de Chihiro (千と千尋の神隠し, Sen to Chihiro no kamikakushi)
  • 2002 : Le Royaume des chats (猫の恩返し, Neko no ongaeshi)
  • 2004 : Le Château ambulant (ハウルの動く城, Hauru no ugoku shiro?)
  • 2006 : Les Contes de Terremer (ゲド戦記, Gedo senki)
  • 2008 : Ponyo sur la falaise (崖の上のポニョ, Gake no ue no Ponyo)
  • 2010 : Arrietty, le petit monde des chapardeurs (借りぐらしのアリエッティ, Karigurashi no Arietti)
  • 2011 : La Colline aux coquelicots (コクリコ坂から, Kokuriko zaka kara)
  • 2013 : Le vent se lève (風立ちぬ, Kaze tachinu)
  • 2013 : Le Conte de la princesse Kaguya (かぐや姫の物語, Kaguya-Hime no Monogatari)
  • 2014 : Souvenirs de Marnie (思い出のマーニー, Omoide no Marnie)
  • 2016 : La Tortue rouge (原題, La Tortue rouge) (co-produit)

 

Pour illustrer cet article, j’ai choisi de vous présenter mes trois films Ghibli préférés:

Princesse Mononoké (もののけ姫, Mononoke hime)

Mon premier Ghibli. Il a une place particulière dans mes souvenirs et je le regarde toujours avec des étoiles dans les yeux même après toutes ces années. L’histoire, les décors, la merveilleuse musique de Joe Hisaishi, cette fable qui soulève des questionnements autour de l’environnement et la cohabitation entre l’homme et la nature m’a marquée.

Ce film se passe dans le Japon médiéval et a pour sujet la quête d’Ashitaka, le prince d’une tribu qui a été frappé par une malédiction, car il a tué Nago, un dieu-sanglier devenu démon. Son bras est touché par une entité démoniaque, ce qui lui octroie une force surnaturelle mais le condamne à la mort. Ashitaka quitte donc son village dans l’espoir de trouver un remède à cette malédiction. Il arrive dans l’Ouest, où la chamane lui a dit qu’il trouverait l’origine de son mal et rencontre San, une humaine élevée par des loups, également appelée Princesse Mononoké, la princesse-spectre.

Princesse Mononoké reste pour moi l’œuvre qui représente l’univers de Miyazaki. Dans un monde à la fois réaliste (le Japon médiéval) et onirique et spirituel (les Dieux-Animaux, la représentation de l’Esprit de la Nature). Les personnages sont attachants, mêmes quand leurs motivations sont pour le moins troubles. Le couple principal Ashitaka/San est atypique, chacun suivant sa voie et ses convictions sans être sûr de l’issue de cette bataille épique pour la survie de la forêt, qui est une fresque pour la défense de l’environnement. L’animation est à mon avis d’une rare beauté, avec des paysages superbes. La présence de quelques scènes de violence ne le destine pas aux plus jeunes mais le message que ce film véhicule est universel et encore et toujours d’actualité.

Le Tombeau des Lucioles (火垂るの墓, Hotaru no haka)

J’adore ce film et pourtant, quelle claque ça a été lors du premier visionnage. Son sujet vraiment dur et exposé d’une manière ultra réaliste m’a touché en plein cœur. J’ai toujours les larmes aux yeux quand je le regarde. Âmes sensibles, abstenez-vous ou alors préparez-vous aux émotions fortes!

Le Tombeau des Lucioles raconte l’errance de deux orphelins, Seita et sa petite sœur Setsuko, en 1945, pendant le Seconde Guerre Mondiale. Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes après que leur mère soit morte dans un bombardement. Sans nouvelles de leur père, ils sont envoyés chez une tante qui les délaisse rapidement et se réfugient finalement dans un abri désaffecté.

Autant vous prévenir tout de suite, c’est un film très beau mais très triste (et apparemment inspiré d’une histoire vraie, c’est peut-être aussi pour cela qu’il est aussi poignant). Vous ne sortirez pas indemne du visionnage, quelle que soit votre opinion sur ce long-métrage. Malgré son sujet difficile et sa description parfois brute des événements racontés, il émane toujours en filigrane une poésie subtile, à l’image des lucioles que découvrent Seita et Setsuko près de leur abri de fortune. Je ne peux que recommander ce petit bijou d’animation qui, en plus d’être le témoignage d’une page terrible de l’Histoire du Japon est le vecteur de tant d’émotions.

Le voyage de Chihiro (千と千尋の神隠し, Sen to Chihiro no kamikakushi)

Probablement le film d’animation le plus reconnu du Studio et son plus grand succès, Le Voyage de Chihiro a obtenu plusieurs récompenses, parmi lesquelles l’Oscar du meilleur film d’animation et l’Ours d’Or du meilleur film en 2002. J’ai adoré ce film coloré, qui met en scène un voyage initiatique et présente dans le même temps une pleiades de dieux et esprits du folkore japonais.

Le film met en scène Chihiro, une fillette de 10 ans, qui, alors qu’elle se rend dans sa nouvelle maison avec ses parents, rentre dans le monde des esprits par inadvertance. Ses parents, victimes de leur gloutonnerie, sont transformés en porcs par la sorcière Yubaba. Pour les délivrer du mauvais sort, et sur les conseils de Haru, un garçon étrange, elle se fait embaucher dans l’établissement de bains (onsen) de la sorcière.

Je me suis très vite attachée au personnage de Chihiro, malgré une attitude peureuse et un peu apathique au début du récit. C’est parce qu’on la voit évoluer dans ce monde fantastique qu’est le monde des esprits qu’on prend la mesure de son personnage. Elle doit se prendre en main et c’est avec détermination qu’elle surmonte ses peurs pour faire face à Yubaba et sauver ses parents. Il y a également le mystérieux Haru qui a vite piqué ma curiosité et j’ai trouvé les interactions entre Chihiro/Sen et Haru étaient le moteur de l’histoire, au-delà de la quête initiale de la fillette. L’animation est fluide et colorée, c’est fantasmagorique, la musique est vraiment belle (j’ai l’OST et je la recommande) et ce film a plusieurs degrés de lecture, qu’on s’amuse de la féérie de la faune d’esprits présentés et des péripéties de l’héroïne là où on peut aussi voir un conte philosophique et moral. Je me suis émerveillée devant cette histoire qui ne peut qu’enchanter petits et grands.

Je suis absolument partiale dans mes « critiques », vu que ce sont mes coups de cœurs, mais j’espère que cet article vous aura donné envie de découvrir ou redécouvrir ces films, qui sont bien plus pour moi que des œuvres d’animation pour enfants.

Et vous, quels films d’animation du Studio Ghibli avez-vous vus? Lesquels appréciez-vous particulièrement et pourquoi? Racontez-moi tout en commentaire^^

Publicités

10 commentaires sur « [Culture] Le Studio Ghibli ou comment je suis tombée amoureuse de l’animation japonaise »

  1. J’aime beaucoup les films du Studio Ghibli (même si j’ai tendance en ce moment à voir d’autres films de studios différents).

    En tout cas tu en parles très bien, tellement que tu m’as redonné envie de revoir Princesse Mononoke alors que je l’ai revu y’a quelques mois.

    Mes préférés sont :

    1/ Le Chateau Ambulant : j’aime beaucoup l’univers de ce Ghibli que je trouve très féerique, l’histoire m’a complètement envoûtée. Et puis j’adore l’héroine, elle est super attachante et j’ai aime le fait qu’elle ne se plaint pas de son sort et qu’au contraire fait preuve de beaucoup d’autodérision. Enfin, j’ai aimé tout les personnages car je les trouvé tous attachants 🙂

    2/ Princesse Mononoke : je ne pense pas avoir besoin d’en dire davantage car tu as tout dis. Le film est magnifique et délivre un très beau message. Et puis l’OST est superbe.

    3/ Arrietty, le petit monde des chapardeurs : je l’ai découvert il y a quelques mois et j’ai eu un gros coup de coeur, et je ne comprend d’ailleurs pas pourquoi il n’ait pas plus aimé que ça car je l’ai trouvé très beau. Et puis l’OST est juste magnifique ! Un des plus belles OST que j’ai pu entendre, je n’arrête pas de l’écouter depuis, il contribue beaucoup à la réussite du film car il donne une dimension très féerique au film.

    Voila pour mon top 3 🙂

    Sinon tout comme toi j’ai beaucoup aimé le voyage de Chihiro et le Tombeau des lucioles qui est très émouvant. Il m’en reste encore à voir, surtout les anciens, qui j’avoue ne me tente pas des masses ^^’ (Enfin surtout Porco Rosso qui ne me tente pas du tout xD).

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton top Angel^^
      Je regarde aussi d’autres films d’animation que Ghibli 🙂 D’ailleur, j’ai eu un coup de coeur pour « Ame et Yuki: les enfants-loups », je ne sais pas si tu l’as vu.
      Le Château Ambulant, je l’aime beaucoup aussi, j’ai d’ailleurs lu le livre qui a inspiré Miyazaki mais je préfère le film. Et Arietty, c’est clair que l’OST de Cécile Corbel est superbe, je l’ai dans ma playlist^^
      J’ai pratiquement vu tous les longs-métrages sauf « Si tu tends l’oreille » et bien sûr « La Tortue Rouge » 🙂 *ghibligeek*

      J'aime

      1. Oui j’ai aussi les Enfants Loups qui est magnifique aussi 😀 Je compte bientot voir le garçon et la bête du même réalisateur, il a l’air vraiment bien !
        Oh tu as de la chance, j’adorerais le lire aussi !
        Oh tiens donc, je n’avais jamais entendu parler de « La Tortue Touge », c’est bon à savoir, il faut que je le regarde aussi du coup 🙂

        J'aime

  2. Il est très sympa « Le Royaume des Chats » 🙂 Je viens de recevoir Studio Magazine, y’a un article sur le dernier qui va sortir, ça a l’air vraiment différent, c’est une coproduction de Ghibli avec l’Europe (dont un studio français) et le réalisateur est hollandais. A voir.

    J'aime

  3. J’ai vu le tombeau des lucioles il y a très longtemps je connaissais pas le Japon et tout. Mais ce dessin animé m’a traumatisé, il est tellement touchant et triste. Après le voyage de Chihiro est génial, le chateau ambulant magnifique, princesse mononoké est vraiment bien aussi, ponyo sur la falaiseest mignon et les contes de terremer est vraiment cool.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, le Tombeau des Lucioles ne peut pas laisser indifférent, pour ton premier Ghibli, tu as frappé fort 🙂 Je l’adore mais je le regarderais pas tous les jours. Merci pour ton commentaire!

      J'aime

  4. Coucou! 🙂

    Tout comme toi j’aime beaucoup les Ghibli, c’est toute mon enfance ^^ comme les Disney d’ailleurs . Mon premier Ghibli a été « Le voyage de Chihiro » je devais avoir 5 ou 6 ans haha après celui ci j’en ai vu beaucoup d’autres (pas tous les Ghibli x)): Kiki la petite sorcière, La princesse mononoke, Le royaume des chats, Arrietty le petit monde des chapardeurs, La colline aux coquelicots et Le Château ambulant. Mon préféré a été « Le château ambulant, j’ai beaucoup été attirer par le monde magique des sorciers par la beauté du personnage principale aussi et le personnage féminin auquel on s’identifie beaucoup..je trouve l’histoire adorable, les musiques aussi m’ont beaucoup marqué, c’est le Ghibli que je revisionne souvent ^^ Haha

    Voilà Voilà bonne après midi! 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire Little Moon!
      J’adore les Ghibli, ils ont tous quelque chose d’adorable^^. D’ailleurs, c’est cool, Hayao Miyazaki sort de sa retraite, ça présage encore de beaux films d’animation :).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s