[Culture] L’odeur de la papaye verte – Tran Anh Hung

Pour continuer dans ma présentation de films qui évoquent l’Asie, je tenais à vous parler de « l’Odeur de la Papaye verte ». Déjà, parce que parmi tous les pays asiatiques dont je parle sur ce blog, je n’ai jamais encore évoqué le Vietnam et que c’est une jolie occasion de le faire :). Mais aussi, parce que ce film tout en sensibilité vaut le détour, il a notamment été récompensé par la Caméra d’Or et le Prix de la Jeunesse au Festival de Cannes 1993, ainsi que par le César du meilleur premier film en 1994. Il a également été nommé cette même année pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Fiche Technique:

odlpv_poster

Titre: L’odeur de la Papaye verte / Mùi đu đủ xanh

Pays: France/Vietnam

Année: 1993

Genre(s): Drame, Romance

Durée: 1h40

Casting:  Tran Nu Yên-Khê (Mui à 20 ans); Man San Lu (Mui à 10 ans); Thi Loc Truong (La mère); Anh Hoa Nguyen (La vieille Ti)Hoa Hoi Vuong (Khuyen); Ngoc Trung Tran (Le père).

L’histoire: A travers l’histoire de Mui, petite paysanne servante dans une famille de la ville riche mais par la suite ruinée, c’est l’évocation d’une vie de femme traditionnelle vietnamienne qui est présentée.

« L’odeur de la Papaye verte » c’est avant tout un film sensible. A travers une magnifique photographie et la superbe reconstitution d’une maison traditionnelle vietnamienne, on suit pas à pas l’intégration de la petite Mui, 10 ans, au sein de la famille qui l’emploie.

On est bercé par la musique et les sons qui accompagnent les images souvent douces, comme vu au travers d’un regard d’enfant. Les dialogues sont minimalistes mais illustrent eux aussi parfaitement la réalité de la vie de la petite servante, tout en nous permettant de découvrir les différents membres de la famille. Petit à petit, le spectateur s’insinue dans le quotidien et s’attache à cette petite fille qui trouve peu à peu sa place.

Mais la vie n’est pas un long fleuve tranquille et voilà que 10 ans plus tard, Mui doit quitter sa famille d’adoption et s’installer chez Khuyen, un ami du fils de la famille. Les moments plus dramatiques sont abordés avec délicatesse, et la relation entre Mui et Khuyen est vraiment très jolie, bien qu’elle soit plus suggérée que montrée.

odlpv03

Certains pourrait trouver ce film lent dans son rythme, mais personnellement, j’ai apprécié le temps qui est pris pour installer complètement l’atmosphère de cette famille, de Saïgon à cette époque. Car l' »Odeur de la Papaye verte » est en définitive un magnifique portrait de femme. Si vous ne l’avez pas vu, je vous encourage vivement à le faire, c’est un très beau film ^^.

Et vous, avez-vous vu ce film? Quelles ont été vos impressions? 🙂

Publicités

4 commentaires sur « [Culture] L’odeur de la papaye verte – Tran Anh Hung »

  1. Je ne connais ce film que de nom, mais ça fait des années que je me dis « un jour, Mila, tu verras ce film ». Parce que quand j’y pense, je n’y connais décidément rien au cinéma Vietnamien en plus. Donc c’est gentil de me faire une piqure de rappel, et puis c’est cool aussi de te lire sur un film dont je n’entends plus trop parler dernièrement ~

    Merci pour cet article donc 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Mila pour ton commentaire 🙂
      Je pense que tu peux voir ce film sans trop de difficultés, j’avais réussi à le dégoter en VOSTFR sur Youtube.
      Pour les films de la rubrique « Culture », j’essaie de parler d’œuvres un peu plus confidentielles et pas forcément récentes. Contente que cet article t’ait plu :D.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s