[Culture] La sélection de films asiatiques de Cannes 2020

Hello les cinéphiles!

Malgré l’absence de manifestation cette année suite à la crise, le Festival de Cannes vient de publier la liste des films sélectionnés en 2020 et qui porteront la mention « Cannes 2020 » lorsqu’ils sortiront en salles, puisque la réouverture des cinémas est prévue pour la fin de mois de juin si j’ai bien tout suivi, avec les restrictions qui s’imposent. Une occasion pour se pencher sur les films asiatiques choisis cette année, et les présenter 🙂 .

Asa Ga Kuru – Kawase Naomi (Japon). Drame familial. Avec: Nagasaku Hiromi, Iura Arata, Makita Aju, Asada Miyoko…

De quoi ça parle? Il s’agit d’une adaptation du roman éponyme écrit en 2015 par Tsujimura Mizuki. Six ans après avoir adopté leur fils, Kiyokazu et Satoko reçoivent un coup de téléphone d’une femme qui affirme être la mère biologique de leur enfant. Elle souhaite récupérer son fils.

Heaven: To the Land of Happiness – Im Sang Soo (Corée du Sud). Comédie dramatique. Avec: Choi Min Sik, Park Hae Il, Jo Han Chul, Yoon Yu Jung…

De quoi ça parle? Un buddy movie épique et réjouissant, qui raconte l’histoire de deux hommes qui, suite à leur rencontre, se lancent dans un voyage pour trouver le bonheur.

Peninsula – Yeon Sang Ho (Corée du Sud). Action, Epouvante. Avec Kang Dong Won, Lee Jung Hyun, Lee Re, Kwon Hae Hyo, Kim Min Jae…

De quoi ça parle? L’action se passe 4 ans après « Dernier Train pour Busan ». Il ne reste que des zombies dans la péninsule. Un groupe de soldats forcés d’y retourner découvrent que des survivants non contaminés se sont regroupés. Vont-ils parvenir à survivre?

The Real Thing – Fukada Kôji (Japon). Avec: Morisaki Win, Tsuchimura Kaho, Uno Shosei, Ishibashi Kei…

De quoi ça parle? Il s’agit d’une adaptation de manga. Conçue comme une série de 10 épisodes de 30 minutes, elle serait diffusée sous forme de diptyque. Kuzumichi Tsuji est un homme bien dont le travail est respecté. Il trouve sa vie ennuyeuse et a le sentiment de ne jamais avoir été vraiment amoureux. Un jour, il fait la rencontre d’une femme mystérieuse, Ukiyo, à qui il sauve la vie…

Striding Into the Wind (Courir au gré du vent) – Wei Shujun (Chine). Avec: Zheng Ying Chen.

De quoi ça parle? J’ai fais quelques recherches, mais je n’ai pas réussi à avoir des informations précises sur le synopsis.

Aya to Majo (Aya et la sorcière) – Miyazaki Gôro (Japon). Aventure, Fantastique. Film d’animation.

De quoi ça parle? « Aya et la sorcière » est le dernier film d’animation en date du Studio Ghibli. L’histoire adapte le roman de Diana Wynne Jones, « Earwig and the Witch », paru en 2011.Dans le roman original, on suit les aventures d’Earwig, une orpheline qui vit au St. Morwald’s Home for Children. Depuis qu’elle a été déposée sur le seuil de cet établissement d’accueil aux enfants abandonnés, alors qu’elle n’était encore qu’un petit bébé, elle parvient toujours à obtenir ce qu’elle veut… Mais un jour, un drôle de couple vient l’adopter, et lorsqu’elle se rend compte en arrivant dans sa nouvelle demeure que ses nouveaux parents sont des sorciers qui ont un chat qui parle, elle ne prend pas peur et décide d’utiliser sa ruse pour surmonter les épreuves qui l’attendent ! (source: Nautiljon).

~***~

Voilà^^. J’espère que ce petit tour d’horizon vous aura intéressés. Attendons que les films présentés ici fassent leur chemin jusqu’à nos salles obscures et nos écrans 😉 . Si vous les visionnez à leur sortie, je serai ravie de connaître votre opinion 🙂 .

[Culture] Les films asiatiques au Festival de Cannes 2: Zoom sur 2017

festival_cannes_2017

Aujourd’hui, voici un zoom sur les films asiatiques présentés lors de cette 70ème édition du Festival de Cannes. Cet article sera édité pour compléter les informations manquantes et par la suite pour y faire figurer les éventuelles récompenses^^. Avec un peu de chance, la sélection au Festival permettra à ces films de sortir dans nos salles françaises, même si c’est de manière confidentielle 🙂 .

Compétition officielle du Festival de Cannes:

« Vers la lumière » (Hikari) de  Kawase Naomi Drapeau du JaponCe film narre la rencontre entre une jeune femme déconnectée de la réalité et qui travaille comme audio-descriptrice et un photographe-cameraman qui perd peu à peu la vue.

« Le jour d’après » (Geu-Hu) de Honh Sang Soo Drapeau de la Corée du Sud Bong Wan, patron d’une maison d’édition, a une liaison avec une de ses employées. La relation se termine et la jeune femme quitte son travail, laissant Bong Wan inconsolable. Une jour la femme de Bong Wan découvre la double vie de son époux.

« Okja » de Bong Joon Ho Drapeau de la Corée du Sud En Corée du Sud de nos jours, une puissante multinationale tente de capturer un monstre. Celui-ci a pour amie une petite fille de 12 ans qui va faire tout ce qui est en son pouvoir pour le protéger des financiers cupides qui veulent le récupérer. NB: Ce film sera disponible sur Netflix à partir du 28 juin.

Lire la suite de « [Culture] Les films asiatiques au Festival de Cannes 2: Zoom sur 2017 »

[Culture] Le cinéma asiatique au Festival de Cannes

Actress Gong Li poses on the red carpet as she arrives for the opening ceremony and the screening of the film "Cafe Society" out of competition during the 69th Cannes Film Festival in Cannes
Gong Li – Festival de Cannes 2016

Ah, Cannes! Croisette, cinéma et paillettes. Nous approchons à grands pas de la 70ème édition, et ça m’a donné envie de voir quels films et quels acteurs du cinéma asiatique avaient été récompensés lors de ce prestigieux festival international.

Je n’ai mentionné que les récompenses les plus connues, car il y a une multitudes de prix qui sont décernés. C’est aussi l’occasion de découvrir les films primés et qui sait, de les rajouter à votre liste de visionnage 🙂 . J’espère que ce petit panorama vous plaira^^ !

Lire la suite de « [Culture] Le cinéma asiatique au Festival de Cannes »